Dresde, la Florence de l’Elbe

Venez découvrir les monuments les plus emblématiques de Dresde : l'opéra, le Zwinger, le Fürstenzug, la cathédrale et la Fraeunkirche, l’emblème de la ville.
A l’occasion d’une conférence, me voici pour quelques jours à Dresde, la « Florence de l’Elbe ». La ville, située sur les bords de l’Elbe, fût la cible de l’un des plus gros bombardements durant la Seconde Guerre Mondiale, qui détruisit la 90% du centre-ville en une nuit. La reconstruction de la ville dut attendre patiemment la chute du communisme et la réunification pour s’accélérer, grâce à un nouvel impôt instauré en 1991.
Nous commençons la visite de la ville par l’opéra, qui a rouvert ses portes en 1985:
Opéra Dresde
Puis par le Zwinger, le palais des rois de Saxe, qui fut l’un des premiers édifices à être reconstruits après la guerre. C’est une vaste esplanade, encadrée par quatre galeries et quatre pavillons, abritant aujourd’hui des musées.
Zwinger Dresde

Le bain des nymphes:

Bain des nymphes Dresde
Le palais Taschenberg, aujourd’hui hôtel de luxe et le Rezidenzschloss, le château de résidence des princes-électeurs et rois de Saxe, qui accueille certains des plus importants musées d’Europe. La cour intérieure abrite la billetterie des musées du palais, et est donc couverte pour le plus grand confort de tous, ce qui a provoqué un immense débat très technique entre mes collègues (poids supporté, montage, appui sur le bâti, etc.).
Residenzschloss Taschenberg Dresde
La cour des écuries, avec son décor peint selon la technique du sgraffito: le mur est recouvert de mortier coloré, puis les contours d’un dessin y sont gravés. Il ne reste plus qu’à gratter à l’intérieur des contours du dessin, et hop, ça fait des Chocapic:
Ecuries château Dresde
Et sur une des façades extérieures du château, le Fürstenzug, le cortège des princes: une immense fresque murale de 102 mètres de long, constituée de 25 000 carreaux de céramiques et représentant l’ensemble des rois de Saxe, de Konrad le grand (1127-1156) à Friedrich Auguste III (1904-1918).
Fürstenzug Dresde
Au 17e/18e siècle, les habitants de Dresde étaient protestants, alors que leurs souverains s’étaient convertis au catholicisme, afin de pouvoir devenir également rois de Pologne (terre hautement catholique s’il en est). C’est donc dernière une palissade et en grand secret que fut construite la cathédrale catholique!
Cathedrale Dresde
Et enfin le symbole de la reconstruction de Dresde, la place du Neumarkt (le nouveau marché) et la Frauenkirche. Cette église évangélique fût entièrement détruite pendant la guerre et a survécu aux longues années du communisme sous la forme d’un gigantesque tas de gravats. L’église commença à être reconstruite en 1994, ce qui donna lieu à un immense puzzle : la place fut recouverte d’étagères pour accueillir les milliers de pierres retrouvées au milieu des gravats. Puis, à l’aide de plans historiques, de photos, les pierres furent remises à leur place d’origine. Ce sont les pierres noires visibles sur les photos. La reconstruction s’acheva en 2005 et coûta au total la broutille de 125 millions d’euros, obtenus par des dons provenant du monde entier.
Frauenkirche Dresde
Frauenkirche Dresde - intérieur
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *