Les ruines incas de Tipon et ses canaux d’irragion

Les ruines incas de Tipon mériteraient d'être plus connues. Avec son système d'irrigation encore en fonctionnement, Tipon est une merveille !

Dimanche matin, direction les ruines de Tipon, avec Linda (une autre étudiante qui vit dans ma famille d’accueil, et qui est hollandaise). Pour économiser un peu, nous préférons prendre le bus plutôt que de louer un taxi à la journée. Sauf qu’ici prendre le bus c’est toute une histoire.

Il faut d’abord trouver l’arrêt (aucun panneau d’information ni même d’organisme qui gère le tout). On demande à une grand-mère: « ah mais c’est dans la rue Puputi, tout le monde sait ça ». Bien, direction la rue Puputi. Il y a quelques gens qui attendent au bord de la route, on se met près d’eux, et y’a plus qu’à attendre. Arrive une camionnette, bondée. C’est ça le bus. Evidemment pas de place assise, et en tant qu’européennes, nous sommes trop grandes: résultat une heure debout toutes voûtées et la tête coincée contre le plafond. Au fur et à mesure du trajet, de plus en plus de personnes montent. Au final nous serons une quarantaine, dans une camionnette prévue pour quinze. Le prix est proportionnel au confort: 1 sole, soit environ 20 centimes d’euros….

Arrivée Tipon

Nous faisons les 4 kilomètres séparant les ruines incas du village en taxi. Les ruines de Tipon se composent d’une succession de terrasses incas, avec un système d’irrigation qui fonctionne encore (le seul dans la région). C’était une zone de culture pour alimenter les villages voisins.

Irrigation Tipon

Fleurs Tipon Terrasses Tipon Ruines Tipon

Dans le fond, devant une fontaine que je voulais absolument prendre en photo, un groupe de musique traditionnelle. Avec d’autres gens autour, qui prennent des photos et qui filment. Le groupe nous repère, nous demande de nous faire photographier avec eux. Puis ils se mettent à jouer deux morceaux pour nous, et ensuite nous sommes invitées à danser! Une danse très ancienne, qui consiste à tourner en rond et à lever les pieds en rythme sur la musique. Les images filmées devraient passer à la télé, Linda et moi seront bientôt de grandes stars dans le pays! Nous refusons gentiment de passer le reste de la journée avec eux, nous avons d’autres choses à voir, et nous refusons également d’acheter le DVD de leur dernier album…

Groupe musiciens Tipon

Après un dernier coup d’œil sur les ruines, nous redescendons vers le village, par un tout petit chemin tortueux. Mes genoux râlent, mes cuisses aussi, mais mes yeux sont ravis : le panorama est très beau, il y a des fleurs partout (c’est la fin de la saison des pluies ici), et surtout il y a plein de cactus!

Descente vers village Tipon

Nous traversons un village des plus typiques: les femmes portent le chapeau, les maisons sont en briques de terre, les chiens dorment à l’ombre, et les troupeaux de moutons ou de vache sont en liberté. D’ailleurs si quelqu’un sait pourquoi il y a toujours un âne qui accompagne les moutons, ça m’intéresse. À côté d’une maison, un agave en fleurs: cette plante ne fleurit qu’une fois adulte, vers les 50 ans, fait une tige de fleurs pouvant attendre 10 mètres, puis meurt d’épuisement. Un colibri butine les fleurs. Sur le bord de la route, un ruisseau de montagne nous offre une pause rafraîchissante. Nous ne regrettons absolument pas d’avoir choisi de descendre à pied plutôt qu’en taxi : superbe balade!

Village Tipon

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tags from the story
, ,

4 Comments

  • Pour l’âne qui accompagne les moutons, je te soumets cette petite réflexion. Au Portugal, il y a un peu la même situation qu’au Pérou : c’est un pays montagneux où on ne fait que du paturage pour les troupeaux. Là-bas, c’est plutôt les chevaux que les moutons. Et les paysans ont des soucis, car les chevaux sont assez cons et régulièrement se cassent la gueule du haut des falaises. Pour remédier à ça, chaque troupeau est accompagné d’un âne, immuablement appelé « Pétro », et ça aide grandement à éviter que les chevaux s’approchent des falaises !

    En effet, c’est bien connu que « Pétro l’âne ralentit la chute des chevaux ». 🙂

    Promis, le prochain commentaire sera constructif.

    • Non Joachim, surtout continue de m’envoyer des bonnes blagues. Franchement, j’y ai vraiment cru jusqu’à la dernière ligne. Excellent!

  • Salut Cassonade!
    Moi c’est Maïtena, 20 ans, je vis à Cuzco depuis un mois et demi déjà! je suis tombée sur ton blog en cherchant comment faire pour aller a Tipon et Pikillacta, et je dois dire qu’il est vraiment bien fait. Je trouve que tu arrives à bien capter l’essence du Pérou, ce qui pourtant n’est pas facile, surtout que tu es arrivée il y a peu non?
    Si ça te dis qu’on se rencontre, pour aller boire un verre voire manger un bout, ça me ferait plaisir de parler un peu français!
    Je te laisse mon e-mail.
    Nos vemos!Tchao!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *