Rumicolca, la porte d’entrée Sud de la capitale inca

Rumicolca était la porte d'entrée de la capitale inca, Cusco, et mérite bien un petit détour, sur la route entre Tipon et Andahuaylillas.

Après être redescendues des ruines de Tipon, nous nous postons au bord de la route en espérant un bus qui nous emmène aux prochaines ruines. Sauf que quand le bus arrive, avant même que nous disions où nous voulons aller, le chauffeur nous dit « no va, no va » et repart. Nous restons assez perplexes sur le bord de la route, et une vendeuse de sucreries indéterminées nous dit qu’il faut attendre le prochain bus. Peu après, une voiture s’arrête sur le bord de la route, et la vendeuse nous indique que le bus est en fait cette voiture. Nous montons donc, à 4 sur la banquette arrière et à 2 sur le siège passager.

Nous faisons la route avec une famille de Cusco, la petite fille nous dévisage et est intriguée par nos lunettes de soleil. La grand-mère reperd mon sac Quechua et trouve que c’est une drôle d’idée de donner le nom d’une langue indienne à une marque de vêtements!

On nous dépose quelques kilomètres plus loin, près de la porte inca de Rumicolca. A l’époque, c’était la porte d’entrée Sud de la capitale Inca. La porte est bâtie sur des fondations huari (peuple pré-inca). Nous grignotons un peu au pied de la porte, Linda l’escalade. Des vaches viennent brouter près de nous, les pauvres ont des raquettes de cactus plantées dans le corps et sur la tête, elles ont du être trop gourmandes et tenter de pénétrer dans un champ!

Porte rumicolca

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tags from the story
,

2 Comments

  • Avec toutes ces visites de sites, tu vas être au point sur l’histoire des incas ! D’ailleurs comment ça se passe au niveau religieux là-bas (je reste par exemple encore intriguée par l’une de tes photos de cimetières) ? Culte ? Pratiques ?

    Dans un tout autre registre : tu as beaucoup de cours d’espagnols ? Tu dois sûrement vite progresser.

    • Je retiens ta demande d’infos sur les pratiques religieuses incas. J’attends un prochain jour de pluie pour visiter le musée Inka de Cusco, et promis je te fais un article. Mais si tu t’impatientes trop, Wikipédia peut te sauver!

      Oui l’espagnol commence à rentrer dans ma tête. Je comprends quand on me parle, mais impossible de comprendre la télé ou une conversation entre autochtones. Ils parlent trop vite! Par contre pour parler je me débrouille pas mal (si on ne fait pas trop attention aux fautes de conjugaison) et pour lire, ça ressemble tellement au français, c’est génial! J’ai encore un mois de cours devant moi avant de commencer mon bénévolat, j’ai bon espoir de pouvoir parler correctement d’ici là!
      J’attends les prochaines nouvelles fraîches de Darmstadt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *