Compostelle – La traversée de la Margeride

Le récit de notre marche sur les chemins de Compostelle en Margeride : Le Puy-en-Velay - St-Privat d'Allier - Saugues - Le Sauvage - Aumont-Aubrac

1e jour de marche : Le Puy-en-Velay – St-Privat d’Allier, 24 km

Après la bénédiction des pèlerins, nous partons par petits groupes sur le GR 65.  Très vite, nous sortons de la ville et marchons en pleine campagne sur des sentiers de pouzzolane. Les croix de pierres, les fontaines et les chapelles sont nombreuses, les vaches nous regardent passer d’un air indifférent.
Tous partis à la même heure, nous marchons tous plus ou moins au même rythme. Nous faisons volontairement notre pause déjeuner à un autre moment que les autres, afin de mieux profiter des paysages. Nous ne sommes pas habitués au poids du sac, nos dos supportent bien la charge, mais les genoux souffrent, et les plantes de pieds brûlent. Nous sommes bien contents d’arriver à St-Privat, une petite bourgade sur un éperon rocheux surplombant les gorges de l’Allier et de nous poser au camping!

Chemin de pouzzolane - compostelle margeride

Départ du Puy en Velay - compostelle margeride

St Privat d Allier - compostelle margeride

2e jour de marche : St-Privat d’Allier – Saugues, 20 km

La nuit sous la tente a été froide, nous levons le camp sans prendre de petit-déjeuner, marcher nous réchauffera. La journée est rude, mais ponctuée de pauses pittoresques : la chapelle de Rochegude (romane, 12e siècle) dominant la vallée de l’Allier, la traversée de l’Allier à Monistrol d’Allier sur un pont construit par Gustave Eiffel, la chapelle troglodytique de la Madeleine et enfin la bête du Gévaudan !

Gorges de l'Allier - compostelle margeride

Arrivée à Saugues - compostelle margeride

3e jour de marche : Saugues – Le Sauvage, 18,5 km

Nous partons tard, après une très bonne nuit au camping. La journée commence de manière très agréable par de beaux petits chemins, entre forêts de pins noirs et beaux paysages vallonnés. Nous faisons la rencontre de Bernhard, un allemand vivant à Paris, réalisateur de documentaires, qui nous initie à la cueillette de myrtilles. Nous avions prévu d’aller plus loin, mais le ciel noir nous pousse à nous arrêter pour la nuit au domaine du Sauvage, une ancienne ferme templière perdue en pleine cambrousse. Grand luxe, nous avons le gîte pour nous tous seuls et passons la soirée devant un bon feu de cheminée.

Entre Saugues et Le Sauvage  - compostelle margeride

Arrivée au Sauvage - Compostelle margeride

4e jour de marche: Le Sauvage – Aumont-Aubrac, 28 km

Il fait bien gris sur le plateau de la Margeride. Nous pressons le pas entre deux averses. Pour me remonter le moral, nous réservons par téléphone deux lits dans un gîte à Aumont-Aubrac, pour être sûrs de ne pas devoir camper sous la pluie. Hélas, à notre arrivée, le propriétaire nous informe que son gîte est complet, sans même s’excuser. Faire du surbooking dans un gîte de pèlerins, c’est un comble ! Heureusement, le prêtre du village a pitié de nous, et nous permet de nous installer à l’accueil paroissial. Nous dormirons par terre, mais au chaud ! Nous dînons avec Mathilde et Daniel, deux allemands qui marchent depuis plusieurs semaines. Ils sont partis de Berlin et de Nuremberg, et ont notamment traversé les Alpes pour arriver jusqu’ici, chapeau !

Dernier jour avant l Aubrac - compostelle margeride

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *