Compostelle – Les grandes steppes de l’Aubrac

Le récit de notre marche sur les chemins de Compostelle en Aubrac : Aumont-Aubrac - Nasbinals - St Chély d'Aubrac.

5e jour de marche : Aumont-Aubrac – Nasbinals, 26,5 km

Nous quittons le village d’Aumont-Aubrac encore tout endormi dans la brume, en laissant derrière nous la Margeride. Aujourd’hui nous nous attaquons à l’Aubrac, cette vaste steppe autrefois redoutée par les pèlerins pour ses loups et son climat rude.
Départ d'Aumont-Aubrac - compostelle AubracAubrac  - compostelle AubracAubrac entre Aumont et Nasbinals - compostelle AubracHeureusement pour nous, nous ne croiserons que des vaches pas féroces pour un sou, et le soleil nous accompagnera toute la journée. Nous sommes absolument charmés par les paysages ! Et quelle tranquillité ! Seul petit accident de parcours, mon pansement anti-ampoules qui décide de se décoller sans crier gare, en emmenant toute la peau du talon avec lui. Aïe !

Vache Aubrac  - compostelle Aubrac

Arrivée sur Nasbinals - compostelle Aubrac

6e jour de marche : Nasbinals – St Chély d’Aubrac, 15,7 km

Malgré un ciel étoilé magnifique (loin de toute pollution lumineuse, nous pouvons même voir la voie lactée !), nous passons une mauvaise nuit. Dans le camping de Nasbinals, presque désert en cette saison, nous sommes réveillés plusieurs fois par des chats qui se battent et je frémis dans mon duvet. C’est donc la tête toute embrumée que nous nous mettons en route, ratons un embranchement, nous égarons et retrouvons notre chemin pour finalement nous rendre compte que nous marchons en sens inverse !

Brice de Nice  - compostelle Aubrac

 

La météo l’avait prédit, il allait faire de l’orage l’après-midi. Avec notre départ tardif et notre égarement qui nous a coûté une bonne heure et demie, nous ne sommes pas sûrs d’y échapper… Il souffle un vent à décorner les bœufs. Nous pressons le pas, et prenons à peine le temps d’admirer le paysage et de dire le bonjour aux vachettes. Aux premiers coups de tonnerre, nous nous mettons à trottiner, en espérant pouvoir atteindre le village d’Aubrac avant la pluie. L’orage tourne autour de nous, et au milieu de ce plateau désertique sans arbres, les points hauts, c’est nous ! Il se met à pleuvoir, nous trottinons toujours, c’est dingue comme un peu d’adrénaline peut faire oublier les courbatures, les ampoules et les poids des sacs à dos ! Nous trouvons enfin un abri, une petite cabane dans laquelle il pleut un peu à l’intérieur. Qu’importe, nous nous abritons sous notre couverture de survie le temps que le plus gros de l’orage passe, et en profitons pour grignoter toutes nos réserves de nourriture.

La pluie ralentit enfin, nous nous remettons en route, et dopé par cette aventure, Camembert négocie de ne pas s’arrêter au village d’Aubrac, mais de quitter le plateau de l’Aubrac et de descendre jusque St-Chély d’Aubrac. La descente est longue et caillouteuse, mais la vue sur la vallée du Lot est splendide ! Mais Camembert avait raison : planter la tente en bord du rivière, et se laisser sécher au soleil après la douche, après avoir passé une bonne partie de la journée à marcher dans le vent et sous la pluie, c’est le top!
Descente de l'Aubrac - compostelle Aubrac

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Comments

  • C’est une bonne idée de raviver des souvenirs comme ça 🙂
    Et votre site wordpress est classe, ça le fait grave, dire que j’en ai jamais déployé un 😮
    Juste un truc qui serait sympa, mais je ne sais pas si c’est facile à intégrer à wordpress : c’est de mettre un flux RSS, pour les têtes de linotte comme moi, qui très rapidement oublie de passer voir les nouveautés des sites qui l’intéresse….

    Bisous à tous les 3,
    Willy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *