Crémaillères lyonnaises

Une balade en photos à la découverte de Lyon : le Vieux-Lyon, Fourvière, le parc de la Tête d'Or... Et en prime une bonne adresse de bouchon lyonnais !
Un petit week-end à Lyon, pour deux pendaisons de crémaillères: celle de Gigi (ex-coloc de Camembert) et celle de Marjorie et Cédric (ex-coloc de Cassonade et son amoureux). C’est aussi l’occasion pour Camembert de retrouver la chère ville de ses études, et d’essayer de me convaincre de venir habiter à Lyon quand nous rentrerons de Germanie. Et, contrairement aux dernières fois où j’étais venue à Lyon, le temps est magnifique, et j’avoue, Lyon a grimpé dans mon estime. Ce week-end étant aussi celui des journées du patrimoine, nous en profitons pour écouter d’une oreille les explications des guides volontaires, pendant que les autres partent en croisière sur la Saône.
Lyon place des Terreaux

Nous visitons l’église de Saint-Nizier. A son pied, une marque des chemins de Compostelle. Camembert a bien failli repartir…

Saint-Nizier Lyon

Le vieux Lyon, et ses traboules:

Traboules Lyon

Nous grimpons vers Fourvière, la basilique qui surplombe la ville. Nous tombons sur un rassemblement scout, impossible de visiter l’intérieur de la basilique… Nous profitons tout de même du point de vue sur la ville.
Basilique Fourviere Lyon

Vue depuis Fourviere Lyon

Quelques belles pierres donc, mais la ville manque cruellement de vert. Direction donc le seul parc de la ville, le parc de la Tête d’Or.

Parc de la Tete d Or Lyon

Avec en prime, un petit zoo gratuit…
Zoo parc de la tete d or Lyon
… ainsi qu’un petit jardin botanique et quelques serres.
Serres parc de la tete d or LyonJardin botanique parc de la tete d or Lyon

Lyon étant la capitale de la cochonnaille, nous en profitons pour goûter quelques plats typiques dans un bouchon (restaurant typique lyonnais): le bouchon des filles. Les spécialités locales sont tout en légèreté et en finesse:  boudin noir, tête de veau, grattons et quenelle de brochet. Heureusement, la carte des desserts fait littéralement rêver. Pour les petits curieux, la praline rose est la vraie spécialité lyonnaise (bien avant la cochonnaille). C’est une amande, enrobée de sucre. La couleur rose vient d’un colorant naturel, la cochenille… Bon, quand on sait que la cochenille est un petit insecte parasite des palmiers et des cactus, on a tout de suite moins envie d’en manger… Mais qu’est-ce-que c’est bon quand même la praline!

Desserts bouchon des filles Lyon

La prochaine fois, on restera quelques jours, un week-end c’est bien trop court!

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  • Je suis d’accord, deux jours c’était trop court ^^ Camembert a raison de vouloir te convaincre de t’installer à Lyon de retour de Germanie! Par contre tardez pas trop, avant que j’entraîne de nouveau Cédric dans le Sud! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *