Lyon en automne : Confluence

Immeubles logements Lyon Confluence
Par une après-midi d'automne, nous découvrons le nouveau visage du quartier de Confluence à Lyon. Une belle balade sur les rives de la Saône.

Ah Confluence… Nous avions entendu ton nom au détour de quelques conversations, lu quelques articles sur ta rénovation, mais nous n’avions pas encore pris le temps de te rendre une petite visite. Il faut dire que tu es un peu loin, Confluence, et que trop souvent, nous nous contentons du centre-ville lorsque nous passons à Lyon. Il aura fallu quelques mois et quelques ratés, mais cette fois, nous nous sommes bien rattrapés. Une journée entière rien que pour toi, ça valait bien le coup d’interrompre le récit de mon séjour en Chine !

Une balade à Confluence

Confluence, c’est tout d’abord la rencontre de la Saône et du Rhône. C’est aussi une immense friche, vestige de son passé industriel et logistique et un important nœud routier et ferroviaire. Rien de bien folichon.  Mais voilà déjà dix ans que les lyonnais travaillent à offrir un nouveau visage à Confluence. L’objectif affiché par la mairie, c’est de construire un quartier durable, avec pour maîtres mots mixité sociale, économies d’énergie, services de proximité et qualité de vie. Ici poussent donc des immeubles modernes, mélangeant bureaux et lieux de vie, des crèches, des écoles, des équipements sportifs, des musées… Les travaux sont loin d’être finis. Créer de l’espace pour 25 000 emplois et 16 000 habitants, tout en redonnant sa place à la nature, ça prend du temps. Mais côté Saône, Confluence est déjà un cadre très agréable pour une promenade du dimanche.

 

Infos pratiques

  • Une bonne adresse pour déjeuner : le Caffé Italien, qui revisite la gastronomie italienne. On y trouve donc des salades, des pâtes et des pizzas mais avec toujours un peu grain de fantaisie, comme par exemple dans la pizza Zucca (crême de courge, gorgonzola, poulet, noix et parmesan). Le dimanche midi, un brunch est proposé. Il se compose d’abord d’un plateau sucré (boisson chaude, viennoiserie, pain, confitures) puis d’un plateau salé (ce dimanche-là c’était œuf cocotte, légumes grillés, charcuterie italienne) et enfin d’un dessert (une pana-cotta au caramel). Comme nous n’avions pas très envie de sucré, nous avons préféré prendre un plat à la carte. Carte, qui est d’ailleurs disponible en ligne, comme ça, pas de mauvaise surprise ! Les enfants sont les bienvenus, mais il n’y a ni chaise haute, ni table à langer.
  • Il est possible d’aller jusqu’à la pointe de Confluence en poussette, certains passages sont un peu tout-terrain mais ça passe (et ça continue même de roupiller !). Faire l’aller-retour depuis la marina nous a pris environ une heure, et face au vent, ça fatigue !
  • Il n’y a pas beaucoup de possibilités pour se garer. Plutôt que de tourner en rond en cherchant une place, il vaut mieux se garer au centre-commercial Confluence. Il est également possible de prendre le métro et le tram, ou de prendre la navette fluviale.
  • Enfin notre coup de gueule du jour. Nous voulions prendre la navette fluviale au départ du centre-ville et nous avions vérifié les horaires la veille. Arrivés sur le quai, nous trouvons une pancarte : l’embarcadère est déplacé un peu plus loin, suite à des travaux sur un pont. Nous partons donc à la recherche du nouvel emplacement de l’embarcadère, très mal indiqué. Arrive l’heure du passage du bateau. Rien. Nada. Que nenni. Ah mais si, sur un banc là-bas, un petit bout de papier scotché. Suite aux crues de la Saône, la navette ne passe pas. On comprend, mais pourquoi ne pas mieux l’indiquer, pour éviter de faire attendre pour rien dans le froid ? Voire même, soyons fous, pourquoi ne pas l’indiquer sur la page internet indiquant les horaires de passage de la navette ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

7 Comments

  • J’aime bien ce quartier avec cette architecture moderne. Les formes sont un peu bizarres, tout comme les couleurs !
    Tout au bout de la presqu’ile, il y a le fameux musée des Confluences qui doit ouvrir cette fin d’année.
    Sinon j’ai pris une fois le Vaporeto pour y aller, c’est sympa mais j’avais eu du mal aussi à trouver l’embarcadère…

    • Le quartier nous a beaucoup plu, et nous reviendrons nous y promener je pense. Le musée des Confluences ouvre fin décembre et nous avons hâte de voir ce qu’il réserve aux visiteurs ! Pour le Vaporeto, nous retenterons le coup, mais en été je pense !

  • J’ai découvert Lyon que je ne connaissais pas du tout en septembre à l’occasion d’une visite chez des amis qui viennent de s’y installer. Nous n’avons pas eu le temps de visiter Confluence, mais ce sera certainement au programme de notre prochain séjour chez eux !

    • Oui, quand on découvre Lyon pour la première fois, on se concentre sur les grands classiques : la Presqu’île, le Vieux-Lyon, Fourvière, Croix-Rousse, le parc de la Tête d’Or… Confluence est plutôt un quartier que l’on découvre ensuite, quand on a envie d’un peu de modernité.

    • Oui, Lyon est une très belle ville et il y a tant de choses à y découvrir ! C’est bien pour ça qu’on ne s’en lasse pas, et qu’on aime y revenir plusieurs fois par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *