Compostelle – Détour par Rocamadour

Le récit de notre marche sur les chemins de Compostelle vers Rocamadour : Figeac - Lacapelle-Marival - L'Hôpital - Gorges de l'Alzou - Rocamadour.

13e jour de marche : Figeac – Lacapelle-Marival, 19km

Avant de quitter Figeac, nous faisons le plein de provisions au marché. Tout le monde nous regarde : notre linge, lavé la veille au camping, n’est pas sec et nos sacs à dos sont transformés en séchoir à linge, ce qui décontenance les petits vieux que nous croisons ! Sortis de la ville, nous profitons du fil barbelé qui clôture une pâture pour étendre notre linge et faire une petite sieste à l’ombre en attendant qu’il sèche.
compostelle départ de Figeac

Nous suivons maintenant le GR 6, qui nous permettra de rejoindre Rocamadour. Le chemin fait malheureusement beaucoup de détours pour éviter la départementale, nous avons l’impression de ne pas avancer ! Dans l’après-midi, nous décidons de couper par la départementale, peu fréquentée et donc sans grand danger.

Lors d’une de nos petites pauses grignotage en bord de route, une voiture s’arrête. A l’intérieur, Marie et François, deux jeunes étudiants, nous invitent à prendre le petit-déjeuner chez eux le lendemain matin. Voilà qui redonne le courage de marcher!

Autre bonne surprise du jour, alors que je me reposais sur un banc devant une église, un grand-père nous offre un énorme sac de figues blanches. Ses figuiers produisent tellement qu’il les donne à ses cochons pour les engraisser, et il est donc heureux de pouvoir nous en faire profiter. Et qu’est-ce qu’elles sont bonnes !

14e jour de marche : Lacapelle-Marival – L’Hôpital, 14 km

Nous faisons la grasse matinée au camping, à tel point que nous arrivons chez Marie et François bien après l’heure du petit-déjeuner ! Une bonne petite grenadine et quelques figues plus tard, il est 14 h, il est temps que nous nous mettions en route ! Une chose est sûre, nous n’arriverons pas à Rocamadour ce soir.

Le chemin est très agréable, plat, à l’ombre des chênes, bordé de murets de pierres sèches, un régal !Compostelle Entre La Capelle et L'hôpital

Le soir, au camping, nos voisins en camping-car nous observent. Apparemment nous voir monter notre mini-tente et ensuite y faire disparaître nos deux sacs de rando et nos deux petites personnes, c’est un vrai spectacle ! Surtout pour des propriétaires de camping-cars format XXL !

15e jour de marche : L’Hôpital – Rocamadour, 19 km

Nous reprenons notre marche sur le GR 65 sous les chênes, entre les murets de pierres sèches et croisons de nombreux chevaux, ânes et moutons, ce qui nous ralentit beaucoup (5 min de pause par cheval et 10 min de pause par âne…)

Compostelle Gramat

Après quelques kilomètres, nous rejoignons les gorges de l’Alzou. En cette saison, la rivière est presque asséchée, mais cela n’enlève rien au charme du paysage ! Nous faisons une petite pause au moulin du saut, et faisons la connaissance d’Aurélie et de Véronique, deux québécoises, mère et fille, venues spécialement en Europe pour faire le chemin.

Compostelle Rocamadour Gorges de l'Alzou

Nous croisons de nombreux moulins en ruine et nous amusons à marcher directement dans le lit de l’Alzou. Enfin, nous apercevons notre but tant attendu : Rocamadour, bien accrochée à son rocher.

Compostelle Rocamadour Moulins Alzou

La montée jusqu’en haut de la cité est rude. Le soleil tape très fort, les touristes sont nombreux, et certains nous prennent en photo, ambiance zoo : « Oh un pèlerin avec un gros sac à dos qui monte l’escalier des pèlerins, vite une photo ! Et le mâle s’est même laissé poussé la barbe ! Avec un peu de chance, il montera à genoux, comme c’est écrit dans mon guide… »

Compostelle Rocamadour

Nous sommes pressés d’échapper à ce tumulte et nous réfugions avec plaisir à Lou Cantou, une maison tenue par les sœurs de Notre-Dame du Calvaire. Nous y retrouvons Mathilde, que nous n’avions pas vu depuis Aumont-Aubrac. Après les vêpres, un guide bénévole nous offre une visite nocturne du sanctuaire de Rocamadour. Sans les touristes bruyants, l’ambiance est toute autre !

Le lendemain matin, nous nous mêlons aux rares touristes (il est trop tôt pour les foules !) pour aller à la messe du matin et visiter plus en détail le sanctuaire. Le cœur du sanctuaire, c’est la chapelle Notre-Dame, qui abrite la Vierge Noire de Rocamadour. Au sommet de la voûte, une cloche est accrochée. Elle sonne lorsque la Vierge sauve des marins en détresse. Elle aurait entre autres sauvé une des caravelles de Christophe Colomb… A l’extérieur des chapelles, c’est l’épée de Roland, Durandal, plantée dans le rocher, qui émeut les foules.

Compostelle Rocamadour au petit matinCompostelle Sanctuaire de RocamadourCompostelle Vierge noire de Rocamadour

C’est au pas de course que nous quittons Rocamadour. Un ami, Willy, nous rejoint à Cahors pour marcher quelques jours avec nous, et il nous faut prendre le train pour arriver à temps à Cahors. Notre TER est en fait un minibus, et comme nous n’avons plus l’habitude et que notre chauffeur a une conduite un poil sportive, nous avons la nausée à chaque virage ! Qu’on est bien sur ses deux pieds !Compostelle Départ de Rocamadour

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *