La Loire à Vélo : de Chaumont à Blois

Nous avons parcouru l'itinéraire de la Loire à vélo entre Chaumont et Blois, aller-retour ! Une bien belle étape, malgré un problème de balisage...

Pour notre dernière journée dans la région des châteaux de la Loire, le soleil brille, nous allons enfin pouvoir sortir les vélos !

A vélo le long de la Loire

Nous pensions visiter l’après-midi le Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire et faire simplement un peu de vélo le matin. Faute d’avoir trouvé un itinéraire pas trop long en boucle, nous nous sommes dit : bon, on va vers Blois, on roule un peu et on fera demi-tour après une dizaine de kilomètres… Les bords de Loire près de Chaumont sont tout à fait charmants. Le château surplombe le village de manière impressionnante. Les bords de Loire sont sauvages, quelques bateaux traditionnels attendent les touristes. Nous roulons ensuite sur une piste verte, réservée aux vélos et bien ombragée. On ne peut rêver mieux. Au final, nous irons jusqu’à Blois ! La faute à un problème de balisage : ayant perdu la trace de l’itinéraire de la Loire à vélo, nous avons du faire de la départementale. Alors quand on a retrouvé les belles pistes cyclables, on s’est senti pousser des ailes !

Loire à vélo départ de Chaumont-sur-Loire

Loire à vélo entre Chaumont-sur-Loire et Blois

Blois et son château royal

L’arrivée sur Blois depuis la piste cyclable est magique : nous sommes de l’autre côté de la Loire, et on repère tout de suite le château royal, en plein centre-ville. En traversant la Loire, nous sommes frappés par sa largeur et par son débit ! Tiens, un panneau pour Compostelle, nous sommes ici sur l’itinéraire de Paris, qui rejoint les autres routes à St-Jean-Pied-de-Port.

Loire à vélo arrivée à Blois

Après nous être rassasiés, nous visitons rapidement le château de Blois. La cour intérieure passionnera les férus d’histoire et d’architecture : 4 côtés, 4 bâtiments d’époques différents, Moyen-Age, Gothique, Renaissance et Classique. L’intérieur du château est, comment dire… déstabilisant ! On ne sait pas trop si c’est dû aux dégâts subis pendant la guerre et aux différentes restaurations qui se sont succédé depuis le XIXe siècle, mais en tout cas on trouve que certains carrelages, tapisseries et cheminées font très « faux » et jurent avec le mobilier. Une question de goût sans doute…

Cour chateau de Blois

Intérieur chateau de Blois

Mobilier chateau de Blois

 

Infos pratiques

  • L’étape entre Chaumont et Blois fait 23 kilomètres. Le tracé est globalement plat, mais il y a tout de même par endroits des côtes assez raides (notamment pour monter sur les digues en bord de Loire) qui obligent à poser pied à terre.Toute l’étape se fait sur des pistes cyclables ou sur des petites routes à faible circulation. On suit la Loire seulement aux abords de Chaumont et de Blois. Entre deux, on passe par de petits villages, entre champs et forêts. Pour ne pas vous perdre : dans le sens Chaumont-Blois, il y a un gros problème de balisage au village de Candé-sur-Beuvron, au niveau du pont sur le Beuvron. Il faut prendre à gauche le petit pont piéton, puis à gauche rue du château et à droite rue de l’église. Dans le sens Blois-Chaumont (le sens le plus « classique », tout est bien balisé.
  • Nous avons mis la journée pour faire l’aller-retour et visiter le château de Blois. Je pense que nous avons roulé pendant deux bonnes heures dans chaque sens (nous ne sommes pas entraînés et les pauses photos sont nombreuses !). Nous n’avons pas visité le centre ancien de la ville de Blois, qui avait pourtant l’air très attirant. Mais les ruelles en pente raides nous ont découragés et les escaliers encore plus ! Le château de Blois en lui-même ne réclame qu’une grosse heure, nous avons même été beaucoup plus rapides, Camomille se montrant assez impatiente.
  • Nous aurions aimé faire le trajet retour en bateau sur la Loire. Mais ce n’est pas possible. On peut seulement prendre un bateau pour faire une promenade en boucle, c’est bien dommage ! L’autre alternative pour ne pas pédaler au retour : prendre le train. Avec deux vélos, une carriole, un bébé ne marchant pas bien et seulement quatre bras pour tout gérer, on préfère encore rouler et faire souffrir nos cuisses.
  • Nous avons déjeuné au Triboulet, qui a une terrasse ombragée avec une belle vue sur le château. Une chaise haute et une belle table à langer dans les toilettes, sur ce point, rien à redire. La cuisine était bonne, faite maison. Les portions étaient un peu petites et un peu chères, mais vu l’emplacement, ce n’est pas une surprise. Par contre, le service a été ultra-lent, pour nos plats, mais aussi pour le réchauffage du petit pot de Camomille (plus de 15 minutes !).
  • Il y a deux parkings pour le château de Chaumont. Le premier est en bord de Loire, et on le conseille à ceux qui veulent visiter le château. Mais pour ceux qui voudraient visiter le festival des jardins, qui se trouve sur les hauteurs, au fond du parc du château, le mieux est de se garer près du stade, ça vous évitera pas mal de dénivelé !
  • Pensant au départ aller au festival des jardins, nous nous étions garés au stade. La descente jusqu’à la Loire le matin fût très agréable, mais par contre, je n’ai même pas voulu tenter de refaire le même trajet en montée le soir venu ! Camembert est donc monté tout seul chercher la voiture, pendant que Camomille et moi regardions des montgolfières se préparer au décollage de l’autre côté de la Loire et les campings-cars s’installer pour la nuit.

Montgolfières Chaumont-sur-Loire

 

 

Vous avez aimé notre article ou nos photos ? Vous pouvez voter pour nous pour les Golden Blog Awards 2014. Merci !

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Comments

    • En effet ! La Loire à vélo, c’est une des véloroutes françaises les plus connues en France. L’absence quasi totale de dénivelé en fait un itinéraire parfait pour les familles !

  • J’ai moi même remonté la Loire à vélo depuis la Nièvres, c’est super de rouler au fil de l’eau, découvrir les chateaux et villages. Vraiment un mode de voyage très agréable 🙂

    • Merci pour ton message. Nous découvrons encore ce mode de voyage. Nous étions plutôt des « marcheurs » (2 mois sur les chemins de Compostelle), mais une tendinite au pied nous a poussé à passer au vélo (sur la Via Francigena en Suisse et en Italie). Maintenant que Camomille nous a rejoints, nous apprécions de pouvoir la balader en charrette.
      J’ai cherché des photos de la Loire à vélo sur ton blog, mais je n’en ai pas trouvé, c’est dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *