De l’art de se laisser surprendre en road-trip

Un road-trip, sur le papier, c'est toujours bien organisé. Mais quand la route décide pour nous de n'en faire qu'à sa tête, on a droit à de belles surprises !

Ça n’aura échappé à personne, nous sommes en pleins préparatifs pour notre prochain voyage en Ecosse. Et même si le programme est presque bouclé et que nous comptons les jours avant le grand départ, je garde en tête que nous ne verrons pas tout ce qui  est prévu sur le papier. En road-trip, les envies changent souvent une fois sur place, il faut savoir rester ouvert à toutes les surprises que la route nous amène. Retour sur notre road-trip en Ontario et à ses trois belles surprises, tout en dialogue.

Adieu Algonquin, rebonjour Mont-Tremblant

« [Déprimée] Roh zut, il pleut, alors qu’on devait explorer le parc de l’Algonquin aujourd’hui. C’est un des plus beaux parcs de la région. Immense, sauvage, ça a l’air génial. »

« Je sais pas ce qui était prévu aujourd’hui, mais ce qui est sûr, c’est qu’il pleut. Je suis encore débutant en ch’ti, on peut dire qu’il drache là ! »

« Ouais, il drache. Et ça va être comme ça toute la journée. »

« Aucune envie d’aller randonner. On fait quoi, on monte la tente, et on attend que ça passe ? Demain il fait beau non ? »

« Non, c’est trop bête d’attendre. Tant pis pour l’Algonquin. Il pleut toute la journée, donc on roule toute la journée. »

« On va où? »

« J’en sais rien, on verra. »

Algonquin 1

Algonquin 3

Riviere Gatineau - Sur les traces du castor

Note pour plus tard : savoir rester flexible en road-trip. Finalement au lieu de l’Algonquin, nous sommes retournés dans le parc national du Mont-Tremblant. 4 jours à randonner dans un magnifique parc naturel, sous le soleil. LE coup de cœur de notre road-trip ! Et si nous étions restés bloqués sur notre idée de l’Algonquin, nous serions bêtement passés à côté !

Tiens, un panneau « Pont couvert »

« Stoooooooop ! Arrête-toi, fais demi-tour ! »

 » [En stress] Koikeskya ???? »

« J’ai vu un panneau « pont couvert ». On va voir ? »

« Oh non, y’a encore beaucoup de route, et puis on ne sait pas où il est ton pont couvert, si ça se trouve, il sera pas terrible. »

« On y va. Avec un peu de chance, on pourra faire la pause pique-nique pour le dîner dans un coin sympa !. »

Pont couvert de Grands Remous - Pont savoyard

Pont couvert de Grands remous

Riviere Gatineau - Grands remous

Note pour plus tard : oser sortir des sentiers battus en road-trip. Le pont couvert était juste magnifique. Un castor s’est jeté à l’eau à notre arrivée. Pas un touriste, mais des tables, des bancs, une promenade aménagée le long de l’eau, juste un pêcheur et nous. Et le soleil qui se décide à percer les nuages. Petit pont savoyard de Grand-Remous, tu étais une magnifique surprise !

J’irais dormir chez vous

« Non, désolé, le camping est plein. »

« Allez, soyez sympas, il est 21 heures, on a un bébé dans la voiture, on est fatigués, on pourrait juste monter la tente sur un coin de pelouse, même s’il n’y a plus d’emplacement disponible. »

« Non, impossible. Tentez le camping suivant. Je sais plus trop comment il s’appelle. Mais prenez la route, faites 3 kilomètres, puis prenez la petite route en gravier sur la gauche, encore deux kilomètres, prenez la deuxième à droite, et après 2 kilomètres, vous y êtes. »

« … »

« On va se perdre, c’est sûr. »

« Ça y’est on est paumés. C’est impossible de se repérer au milieu de tous ses champs. Le chemin là, c’est une route ou pas ? »

« Reste calme ma chérie. On roule jusqu’à tomber sur un village, et on va demander à quelqu’un. »

« Oui, il y a un camping à la sortie du village. Il doit être complet, mais allez demander. »

« Attendez, s’il est complet, revenez, vous pouvez monter votre tente sur ma pelouse. »

« Non attends ! T’as un bébé dans la voiture, il est tard, tu vas pas dormir sous la tente, il va pleuvoir cette nuit. Venez, vous dormez chez moi. De toute façon, avec mes potes, on va pas beaucoup dormir, j’ai pas besoin de mon lit ce soir. Moi, c’est Joe. Et toi ? »

Algonquin 2

Riviere Gatineau

Note pour plus tard : oser les rencontres en road-trip ! Joe, ta maison était une vraie bicoque. La pire de tout Pakenham. Tu étais fier de nous raconter comment toi, jeune électricien d’à peine 20 ans, tu l’as achetée pour la retaper entièrement. Oui, le plancher de ta cuisine était à moitié arraché. Non, nous n’avons pas osé nous doucher tellement ta salle de bains faisait peur. Et ton chien aussi d’ailleurs. Mais on a dormi au chaud, à l’abri, pendant que tu passais la nuit à jouer à la console et à boire des bières avec tes potes. Le matin, on n’a vu que tes pieds. Tu dormais dans le canapé, alors on est partis sans te réveiller. Mais merci de ta générosité Joe. Vraiment. Merci.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tags from the story
,

1 Comment

  • Le pont couvert, quelle bonne surprise !
    C’est étonnant à quel point un petit arrêt imprévu peut se transformer en meilleur souvenir des vacances (ou presque). Peut-être était-ce aussi parce qu’il y avait ce sentiment d’être complétement à l’écart, non seulement à l’écart des chemins touristiques, à l’écart de notre route touristique, et que ce moment était pris à l’écart du programme, dans une bulle temporelle.
    Ce pont n’avait rien d’exceptionnel, ce n’était que l’un des ponts couverts du Québec, mais c’était notre pause hors du monde et hors du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *