Coup de cœur pour le cap Fréhel

Arrivés au Cap Fréhel, je me prends une grosse claque dans les yeux. Les falaises, les plages, les bruyères en fleurs, quelle beauté !

Après une semaine à arpenter les bords de mer aux alentours de Dinard le matin et à savourer des glaces sur la plage l’après-midi, nous sommes partis explorer un petit coin de Bretagne un chouia plus lointain : le Cap Fréhel et le Fort-la-Latte qui lui fait face. C’est un endroit mythique pour beaucoup de monde, mais pour moi, c’était une totale découverte. Mi-août, les bruyères étaient en fleurs, les paysages étaient spectaculaires !

Fort-la-Latte : un château sur l’eau

Voici un des plus célèbres châteaux bretons. Célèbre peut-être, toujours est-il que je n’en avais jamais vu de photos avant de m’y rendre. Ma surprise fût donc totale. De loin, on ne le voit pas. Puis en s’approchant, on distingue d’abord le donjon, d’autres tours, puis des remparts. Et enfin, une fois tout près, on se rend compte de sa situation exceptionnelle. Fort-la-Latte a été bâti sur un petit cap rocheux qui s’avance au milieu de l’eau. Seule une étroite bande de terre le relie au continent. Je me penche au-dessus des remparts. Les vagues qui viennent s’écraser sur les rochers m’impressionnent. Elles sont pourtant si petites en ce paisible matin d’août. Alors je ferme les yeux et j’imagine la mer, les vagues et le vent rugir en pleine tempête. J’ouvre les yeux, je reviens à la réalité et j’explique la mer à ma fille. Alors tu vois, ça, c’est la mer. Et le bruit, là, c’est les vagues. On les voit bien parce qu’on est dans un château-fort, sur des remparts…

Fort Lalatte

Fort Lalatte 4

Fort Lalatte 3

Fort Lalatte 5

Fort Lalatte 2

 

Cap Fréhel : des bruyères, des falaises et la mer

Après la visite culturelle du matin et le restaurant du midi, nous avons envie de nous dégourdir les jambes au bord de la mer. Un rapide coup d’œil sur la carte, le Cap Fréhel n’est pas loin et de nombreux sentiers sillonnent le bord de mer.  Là encore, j’avais vaguement entendu le nom de ce cap, mais n’en avait aucune image en tête. Alors forcément, ce petit coin torturé, avec ces grandes falaises entrecoupées de plages au sable doré ne pouvait que m’étonner et me plaire ! Surtout que par chance, les bruyères et les ajoncs qui recouvrent les rochers sont en fleurs et forment un épais tapis. Du rose, du jaune, du pourpre à perte de vue, un vrai régal pour les yeux ! Le temps est gris, le vent souffle, les couleurs sont moins éclatantes et il nous faut nous presser pour ne pas nous faire prendre par la pluie qu’on sent venir. Mais qu’importe, qu’elle vienne ! c’est tellement beau qu’on peut bien se faire mouiller un peu. Et puis de toute façon la Bretagne sans gouttes de pluie, ce n’est pas vraiment la Bretagne.

Cap Frehel 1

Cap Frehel 2

Cap Frehel 3

Cap Frehel 4

Cap Frehel 6

Cap Frehel 5

 

Infos pratiques

  • Oubliez les poussettes ! A Fort-la-Latte, il y a de nombreux escaliers, pour monter au donjon, pour accéder aux remparts… Les carrosses sont donc reléguées à l’entrée du fort. Autour du Cap Fréhel, les chemins sont étroits et caillouteux. Avec une poussette, il faut prendre la piste cyclable le long de la route, très passante en août (camping-cars, camping-cars !) et on profite bien moins du paysage.
  • Nous avions compté une heure et demie pour visiter Fort-la-Latte. Mais le paysage est si beau que nous avons du nous presser sur la fin ! Donc ne prévoyez pas un timing trop serré (comme nous, avec une réservation au restaurant), sous peine de devoir remonter la pente d’accès en courant. Le fort est en contrebas du parking, et franchement, la pente est raide !
  • Les petits chemins pour aller au Cap Fréhel passent près du bord de la falaise. Mais pas de panique si vous avez le vertige ! Bien souvent, il existe plusieurs variantes, dont une passant plus à l’intérieur des terres et le chemin n’est jamais vraiment à-pic.
  • Cela devrait être inutile de le rappeler… La lande de bruyères est un milieu fragile. Donc non, on ne coupe pas à travers les bruyères. Un balisage discret des chemins a été mis en place, avec des fils de clôture à 10 cm du sol, afin de ne pas gâcher le paysage. Oui, c’est facile à enjamber. Mais non, on ne prend pas de raccourcis, et non, on ne fait pas quelques pas de trop, même pour prendre une jolie photo. De même, Fort-la-Latte est habité par des particuliers, donc on ne se colle pas aux fenêtres de leur habitation pour voir à quoi ressemble la déco du salon…
  • Le paysage est très piquant dans ce petit coin de Bretagne ! Les ajoncs se défendent férocement avec leurs épines, donc attention aux enfants. En récompense de quelques minutes de marche, les coins à mûres sauvages sont nombreux. Il faut parfois se piquer un peu pour aller les chercher, mais que c’est bon !
  • Autre danger local : la perte de tétine. Ne rigolez pas, quand on est parent, on ne rigole pas avec des sujets comme ça, surtout pas quand nos nuits en dépendent. Première épreuve au Fort-la-Latte : le sol du chemin de ronde est percé de fentes, vestige défensif d’une autre époque. Tu tiens bien ta tétine, hein Camomille. Râté. Chute. Et récupération in extremis.  Ouf ! Deuxième épreuve au Cap Fréhel : les êtres humains bizarres. Camomille en a assez d’être dans le porte-bébé. Je la sors, elle marche avec son papy. Ils font les fous, ils rigolent bien. Et soudain le drame. Mais t’as mis où ta tétine Camomille ? Zut, elle est perdue. Je rebrousse chemin, elle a dû tomber dans les 10 dernières minutes de marche. Rien. Étrange. Qui ramasserait une tétine encore baveuse, à l’attache-tétine portant des marques visibles des câlins de 18 mois de bons et loyaux services ? Je prolonge le chemin, même si je sais que j’aurais dû la retrouver depuis longtemps. Et là je vois un homme, accroupi, en train de taper un petit objet coloré avec un caillou. Excusez-moi monsieur (oui, je me suis vraiment excusée), c’est la tétine de ma fille. La tétine n’est plus là ? C’est étrange, un nœud, ça ne part pas tout seul, mais passons. Mais l’attache-tétine, enfin plus précisément son étiquette, est le doudou de ma fille, elle en a besoin pour dormir. Je vais donc la récupérer. Voilà ma Camomille, ta tétine. Non il n’y a plus de tétine, mais tu es grande, à 2 ans, on peut se passer de tétine. Et puis regarde, tu as encore l’étiquette de l’attache, celle avec laquelle tu te caresses la joue pour t’endormir… Bon, ben finalement, c’est facile d’arrêter la tétine 🙂
  • Nous sommes tombés sous le charme de la crêperie Le Petit Galet, située juste au bord du parking de Fort-Lalatte. L’emplacement laisse craindre un restau typique à touristes, cher et pas très bon. Eh bien c’est tout le contraire ! C’est vraiment bon et (grosse) cerise sur le gâteau c’est bio, fait maison, frais et un maximum de produits sont locaux, comme le fromage de chèvre du fermier voisin. Et en plus les serveurs sont sympas et les enfants sont traités comme des rois : chaises hautes, petites attentions et coloriages à disposition pour les faire patienter. Je ne sais pas si tous les enfants sont pareils, mais Camomille a dévoré ma galette boudin noir et pommes, à 2 ans ! J’ai regretté de lui avoir fait goûter, j’ai du me contenter de la galette du menu enfant…

Au restaurant - Fort Lalatte

Recolte de mures - Cap Frehel

 

Familles, amis, pensez à vous connecter pour voir les photos privées.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tags from the story
, ,

8 Comments

    • Je savais que les photos te plairaient 😉 On y retournera, Camembert n’était pas avec nous et a envie de voir le coin.

  • Originales les photos de Saint Malo en Noir et Blanc. On pense justement faire la Bretagne Nord, cet été, quels sont les incontournables à ne pas rater ? En 15 jours de temps cela sera vite passé. On a déjà toute la France à traverser, donc 2 bons jours en camping car pour aller. On espère que le temps sera avec nous ?

    • De la Bretagne, je ne connais que la côte d’émeraude. Donc je te conseillerais le Mont-Saint-Michel bien sûr, Cancale pour ses eaux turquoises, Saint-Malo pour ses remparts, Dinard pour ses villas et le Cap Fréhel pour ses bruyères. Tous les petits villages qui bordent la côte entre Dinard et le Cap Fréhel ont de magnifiques plages, peu fréquentées même en été. Nous ne connaissons pas encore la côte de granite rose, mais j’ai très envie d’y aller.

  • Merci pour tes conseils pour la Bretagne et d’avoir suivi mes activités sur Hellocoton. Grâce à vos conseils, j’espère ainsi avoir plus de visite sur mes sites. A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *